2016, rends-nous la lumière

 » – 2015 se termine, vous avez quelque chose à dire ?

– 2015, année de merde, on ne m’y reprendra plus !

– Oui euh, mais on peut pas diffuser ça, vous ne pouvez pas dire autre chose ?

– Ah si, j’ai un message à faire passer à quelqu’un… »

DSC_3264.JPG

A toi qui a ouvert l’oeil le premier jour de 2015 dans une chambre d’enfants rose encombrée de jouets, mais souriante parce que tu avais confiance en l’avenir, tu ne pouvais pas deviner ce qui t’attendait, même si une sorte de tristesse sourde t’avait envahie le soir du 31, comme un signe annonciateur.

Non tu ne pouvais pas savoir que quelque chose basculerait quand ta directrice te dirait « il vient d’y avoir un attentat à Charlie juste à côté, le quartier est bouclé » et qu’il faudrait expliquer cela à tes élèves le lendemain

Tu ne savais pas, mais tu te doutais fortement quand même de la difficulté du concours, mais en tout cas tu ne te doutais pas du tout que ce ne serait pas si grave en voyant tes élèves te quitter avec des mots plein les yeux, les crayons et le coeur

DSC_0787-2

Tu ne savais pas que tu aurais peur un jour de rentrer chez toi, au point de rester dormir sur le canapé de ton ami F., peur de prendre le métro, de marcher dans la rue, de réentendre les sirènes jour et nuit dans Paris
Tu ne savais pas qu’il y aurait autant d’incompréhension et de douleur à vivre, et que ce ne serait que le début

Tu ne savais pas que tu devrais expliquer l’inexplicable, recommencer à peine 10 mois plus tard et que tu n’aurais rien à dire

Tu ne savais pas à quel point tout peut basculer rapidement et que tu peux passer en à peine un jour de toutes les certitudes du monde à un sol mouvant

Tu ne savais pas que les clichés des films, crier, jeter des objets par terre, pleurer effondrée par terre, ils existent parce que dans la réalité, tu peux réellement agir comme cela. Oui, même toi, qui te pensais si calme.

11850336_153267665010899_2125719509_n

Tu ne pensais pas que tu pourrais pleurer en entendant une chanson, même après, même quand tu te retournes et que tu vois le chemin que tu as parcouru en quelques mois, et puis elle n’est pas si triste que ça, cette chanson, mais il y a la voix du chanteur qui dit la place Clichy sous la pluie, les noms des rues, chez toi, la tienne, et oui, c’était chez toi, et c’est un petit bout de toi qui t’a été arraché et que tu ne pourras pas récupérer.

Tu n’avais aucune idée, non, à quel point cela pouvait faire mal, et que ça mettrait du temps à cicatriser.

Et en même temps.

Je ne savais pas à quel point cela semblerait naturel de faire grandir et évoluer 25 enfants, et à quel point je serais émue de devoir les laisser partir

11379109_116187578717872_1209382842_n

Je n’avais aucune idée de la force qui était en moi, et qui me permettrait de garder la tête hors de l’eau, oh certes en trébuchant par moments, mais tout de même

Je ne me doutais pas que c’est dans l’adversité que l’on apprend le plus de choses sur soi et sur ses valeurs ; que paradoxalement, le rejet peut apporter la confiance en soi et renforcer nos certitudes sur ce que nous valons

Je ne pensais pas que je pourrais garder de bons souvenirs de certains moments, qu’ils seraient à jamais entâchés, et pourtant. Il restera les sourires radieux, le soleil qui éblouit sur les longues routes canadiennes, le gout du homard grillé, la fraicheur de l’eau d’un lac en pleine forêt, les feux d’artifice et les cabanes dans les bois, la chaleur des bras des amies qui ne te lâchent pas quand tu vacilles.

11420703_1641356469411386_991185612_n

Je me doutais, mais ça fait quand même un choc quand cela arrive, de voir que les amis sont là quand il le faut, avec le chocolat, les bières et les bras grands ouverts, la langue bien pendue pour déverser des torrents de malédictions quand tu racontes, les petites attentions comme du thé à la noix de coco et du chocolat offerts parce que certaines situations d’urgence l’exigent

11202932_1523848227906325_149688718_n

Je ne savais pas que cette situation me permettrait de vivre des instants improbables, comme de me démaquiller, de me coucher, et puis 5mn plus tard me rhabiller, me remaquiller et sortir sur un coup de tête, de croiser des amis d’amis par hasard à Bastille à 3h du matin un samedi, de parcourir Paris à pied avec quelqu’un que j’avais perdu de vue jusqu’à ce que le soleil se lève, de recevoir des textos plus qu’incompréhensibles et faire appel à la brigade du décryptage de messages obscurs (la BDMO), de faire des rencontres par des hasards plus qu’incroyables, de partir en week end à la mer sur un coup de tête (et d’ailleurs je raconte ça dans les billets protégés qui vont suivre, n’hésitez pas à me demander le mot de passe)

12317430_139074366458203_458225705_n

Je ne savais pas qu’il y aurait la lumière, toujours là, comme sur cette photo qui reste une de mes préférées de cette année. Malgré tout.

IMG_1294-2

Je ne savais pas tout ça, mais si j’allais dans cette chambre rose, et que je revoyais cette fille qui avait un an de moins, et pourtant ça parait si proche et si loin à la fois, je lui dirais « Méfie-toi de 2015, elle a pas l’air comme ça, mais elle va t’en faire voir. Mais tu sais, ça ira. Et qui sait, plus tard,avec le recul tu te rendras compte que cette année t’a peut-être bien plus appris et apporté que nombre d’autres ».

Voilà. En 2015, il y a aussi eu d’innombrables repas-recettes pris en photo ou pas, des tas d’épisodes de Gilmore Girls, de beaux voyages (je reste amoureuse de Venise et du Canada), une utilisation beaucoup trop importante d’Instagram, des tas de pique-niques avec les amis, les muscles du bras gauche qui faisaient mal quand je reprenais le piano, mes premières photos exposées, des skypes avec A. en direct de Montréal jusqu’à des heures indécentes (pour moi), des séances thé au jasmin – discussions à base de qu’est-ce qu’on attend pour être heureux le soir avec Coloc, le besoin impérieux de photographier, encore et toujours plus, Tchaikovski écouté en boucle, des litres d’encre rouge pour corriger, beaucoup trop de télé réalité (voilà quelque chose qui ne me manque pas), un nouvel objectif cadeau de fin d’année, de belles expos, des concerts, et surtout celui mon cher Sufjan Stevens, des films (pas assez), des livres (pas assez non plus), le bienfait fou qu’apporte l’écriture, libérée délivrée entonnée un nombre (trop) important de fois, un certain nombre de couchers de soleil et d’arcs-en-ciel sur Paris, et puis vous aussi, qui avez pris le temps de lire régulièrement tous mes bavardages qui s’éternisent. Merci, merci pour vos mots qui ont contribué à mes bonheurs de 2015.

Au final, ce qu’il en reste, ce que je veux en retenir ce sont les personnes qui nous entourent, et leur amour, des cris dans la nuit, des fous rires, les sourires des inconnus dans la rue, la chaleur humaine, et c’est tout ce qui compte.

DSC_0357-2

Qu’elles sont belles, L. et M., dans la pénombre d’une chaude nuit d’été sur les quais, non ?

 

2016, je ne sais pas ce qu’elle sera, ce sera la surprise. C’est bien les surprises.
Ce que je sais déjà, c’est que je vais surement déménager ce blog. J’ai envie de renouveau, de pouvoir refermer un chapitre.

Hier, j’ai entendu une chanson d’Oasis, et ça m’a rappelé ce soir de juillet, quand Noel Gallagher était venu donner un concert à Paris. Je ne me doutais pas que j’étais si proche du bord de la falaise, qu’à peine un mois plus tard je viendrais habiter à quelques pas de l’endroit où nous avons crié, applaudi et repris tous en chœur ce fameux refrain, un refrain qui me trotte dans la tête depuis, et qui offre une belle conclusion pour ce bilan-bordel

And so Sally can wait,
She knows it’s too late as we’re walking on by
Her soul slides away,
But don’t look back in anger
I heard you say

Belle année les chatons

Je vous souhaite que 2016 soit remplie de lumière, de chansons chantées à tue tête, de nuits parfois trop courtes parce que vous dévorez un livre, d’amour, de douceur, mais aussi de mouvement, car il faut reconnaitre que c’est lorsque la vie nous agite un peu que l’on s’aperçoit à quel point nous sommes vivants.

Que 2016 vous apporte tout ce que vous souhaitez, et puis bien plus encore.

Publicités

15 réflexions sur “2016, rends-nous la lumière

  1. Tu as raison de faire le bilan car il est important aussi de faire table rase et d’avancer, sereinement, parce que rien de mal ne peut vraiment se produire sur le long terme parce que tue s une belle personne et que parfois l’obscurité permet de mieux apprécier la lumière. Je te souhaite une très belle année, de belles rencontres, des moments de partage comme tu sais les provoquer et de la passion dans ton métier. Et puis, de l’amour, de l’amour, de l’amour !

    • Oui, il reste encore des portes à fermer, j’aimerais que ce ne soit pas le cas, mais c’est nécessaire.
      Merci, merci, ton message me touche énormément. De l’amour, oui, c’est tout ce qu’on peut se souhaiter, et je compte bien commencer dès le début de cette nouvelle année ! 🙂

  2. Quel tourbillon d’émotions cette note. ❤ Elle est si touchante.
    Je te souhaite de jolis moments en 2016 et merci de nous les faire partager de si jolie manière.

  3. Très bel article, encore une fois Touloulou ! 😉
    Je te souhaite une très belle année 2016, riche en surprises, en découvertes, en rencontres, en lectures, en photos, en petits bonheurs…
    Pour le mot de passe, j’ai testé le mot de passe que tu utilisais d’habitude, mais ça n’a pas l’air de fonctionner.
    Tu l’as changé j’imagine ?

    • Merci ! ❤ Je te souhaite la même chose, beaucoup de curiosité comme tu en as, de belles découvertes, de lectures doudous et de tout ce qui remplit la vie et la rend belle !
      Oui j'ai changé le mot de passe, je vais te l'envoyer par message !

  4. Ton billet et tes photos sont magnifiques. C’est un beau partage émouvant. Heureusement que nous ne savons pas à l’avance, il n’y aurait pas de belles surprises et surtout nous n’avancerions plus, paralysé par la peur.
    Je te souhaite une très belle année, et de belles rencontres de toutes sortes.

  5. Wahou, sacrée année dis donc, effectivement si on t’avait tout spoilé dès le 1er janvier je ne suis pas sûre que tu aurais commencé l’année avec l’impression de pouvoir la surmonter et d’avoir envie de vivre tout ça, mais comme tu dis, tu sors grandi de ces épreuves et événements. En tous cas, tu écris subitement bien, et tu as le don de faire passer tes émotions avec beaucoup de justesse et de délicatesse (d’élégance même). J’en ai la chair de poule.
    Je suis heureuse que tu réalises ta force et ton amour pour notre métier qui, oui, exige beaucoup, mais apporte énormément aussi. Les enfants sont une source inépuisable de joie, d’étonnement, de fraîcheur, et ils ont l’art de rebooster nos petites âmes blessées avec trois fois rien, un petit dessin, un mot gentil, un regard ou un sourire… On fait un beau métier, c’est sûr…
    Je te souhaite une année merveilleuse et pleine de surprise, tu le mérites bien je crois!!

    A bientôt, des bises

    Zadig / Sophie

    • Oh merci pour ce beau commentaire !
      Oui je crois vraiment que si on m’avait spoilée… Je me serais crue incapable de supporter 2015 ! C’est dur, dur, quand même parfois, je crois qu’en ce moment je me raccroche à ces moments en fin d’année dernière pour me rappeler que je serai contente quand je laisserai partir mes petits élèves 😀
      Très belle année à toi aussi, profitez bien de votre nouvelle vie à trois !
      Bises

  6. Qu’est-ce que c’est beau ce que tu écris ! J’aime la générosité avec laquelle tu partages avec nous tes émotions… qui sont aussi, en partie, les nôtres finalement ! D’ailleurs notre grand Victor national a dit ça : « Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé, qui crois que je ne suis pas toi! » 🙂 Alors voilà merci et surtout… que 2016 t’apporte autant de richesse… avec un peu + de douceur ! (je veux bien le mot de passe mais seulement si tu le souhaites)

    • Oh merci Sandrion, ça me fait très plaisir, car j’ai mis beaucoup dans ce texte comme tu sembles bien le voir… Je prends de plus en plus de plaisir à écrire, ça fait vraiment du bien.
      Et j’aime beaucoup cette citation, et cette idée que nous sommes tous semblables car humains… C’est ça qui nous fait nous dire « mais là on parle de moi » quand on lit un livre, voit un film, écoute une chanson je crois…
      Je t’envoie le mot de passe

Laissez un petit message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s