Ce qui est précieux

DSC_0329-2Parce que mon week end est passé trop vite et que ce billet est resté dans les brouillons avec un simple titre, même pas le temps de rédiger quoique ce soit, alors que pourtant ce devait être rapide…

Comme c’est doux de ne pas voir le temps passer. J’ai dormi plus de 13h dans la nuit de vendredi, et ai ensuite profité du beau temps pour sortir marcher. Mon nouveau quartier me permet de faire de nombreux trajets à pied, et avec les belles journées ensoleillées d’automne, il n’y a rien qui me fait plus plaisir que de mettre mon casque sur les oreilles et de partir en balade.

(J’ai réentendu il y a quelques jours  cette chanson de Noah and the whale, et je trouvais le titre tout à fait de circonstance…)

J’en ai profité pour faire quelques achats, une ceinture indispensable (les soucis m’ont fait fondre cet été, j’ai du mettre de côté certains pantalons qui étaient devenus trop grands !), et puis des chaussettes motif renard (on ne se refait pas) ainsi qu’une chemise à carreaux, parce qu’on n’a jamais trop de chemises à carreaux.
En sortant d’un magasin, je suis tombée sur un ami aux halles, et les parisiens savent que ce genre de coïncidence est quand même rare…
Une petite balade improvisée en sa compagnie, m’a fait penser au hasard. Il est partout dans nos vies, et parfois, je suis stupéfaite quand je vois où il peut nous conduire. Il suffit de tellement de hasards superposés pour que notre vie prenne une direction inattendue, cette semaine en fut la preuve.

Une journée qui se termine par quelques burgers avec des amis, et l’appart qui se transforme en piste de danse, puis se coucher tard, ou très tôt, c’est selon… Partager le petit déjeuner, ce qui change de la semaine où nous courons partout.
J’aime me rendormir en entendant du bruit en bas, savoir que je peux rester au chaud mais que la vie continue.
Mon inscription au CRPE finalisée, on remet le couvert ! J’ai enfin mon carton de bouquins, il va falloir s’y remettre sérieusement maintenant.

Prendre un moment pour cuisiner, un moment juste à moi, qui fait du bien.
Revoir mon ami T., se dire qu’il y a peu, il n’était pas dans ma vie, et me dire que j’aurais manqué quelque chose s’il n’y était pas rentré.

Les messages de groupe non stop avec les copines, dont une est à New York (la veinarde !!), partager tout, malgré les kilomètres.

Revoir mes collègues et mon ancienne école, certains de mes anciens élèves. Une bouffée de nostalgie de revoir cet endroit où j’ai passé des moments tellement forts…
Recevoir un message de C., qui est partie de Paris et qui me manque tant, qui me fait rire en me racontant comment elle imite Katniss dans les bois de sa campagne pour communiquer avec les geais moqueurs. Un petit message drôle, et pourtant si touchant, ce sont ces petites choses qui signifient ce qui est précieux.
Il y a tant d’amour à donner à tous ces gens qui nous entourent, je ne cesse de me le dire.

DSC_0332-2
Et puis une jolie soirée pour faire passer le blues du dimanche soir. Et un ciel flamboyant, lundi matin, tôt, comme je n’en avais jamais vu sans doute, qui fait oublier qu’on est lundi, qu’il faut aller travailler, que j’étais en retard…Non, tout cela n’avait plus d’importance. Un instant si rare que finalement, aucune photo ne lui rendrait justice.
Bientôt, ce seront les vacances, une pause, une respiration, et puis je vois mes élèves qui progressent déjà. C’est dur, car certains ont de grosses difficultés, et ils n’écoutent pas toujours, mais on va se battre ensemble. J’ai envie d’avoir confiance en l’avenir.

Bonne semaine !

Publicités

16 réflexions sur “Ce qui est précieux

  1. Quel joli billet !
    SI ça se trouve on s’est déjà croisée sans le savoir, ça parait plus probable que de croiser un ami à Paris 😉
    Aller on y croit pour le CRPE, c’est fou parce que tu as de l’expérience mais non, ils préfèrent prendre des PES comme celle de mon école qui en plus d’être larguée au point de penser à démissionner, n’a aucune jugeote.

    • Oui c’est possible, c’est drôle d’y penser ! ^^
      C’est ça le problème de ce concours, beaucoup de gens le réussissent puis se rendent compte que finalement la réalité ce n’est pas ce à quoi elles s’attendaient… Et quand on est précaire, les conditions ne sont pas faciles. Mais j’y crois, pour cette année, je serai mieux armée ! Les difficultés que j’ai en classe vont aussi m’aider finalement, je le sens.

  2. Pingback: Vos billets les plus tentateurs des mois d’Octobre, Novembre et Décembre | L'or rouge

Laissez un petit message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s