Je me souviens

Depuis que je suis retournée à l’école (… mais de l’autre côté !), c’est un peu comme si je retournais en enfance par moments. Les réactions de mes élèves me rappellent parfois des souvenirs… Positifs comme négatifs ! L’époque change, mais ce qui fait les petits chagrins ou bonheurs des enfants n’évolue finalement pas tant que ça !

Choco m’a tagguée dans un sympathique questionnaire composé de souvenirs d’enfance… Du coup j’ai décidé de m’y replonger !

DSC_3392(Photo prise dans ma classe)

Je me souviens d’un lieu
La cour de l’école, qui en comparaison de celles des écoles où j’ai travaillé à Paris, était immense ! Il y avait des buissons et des arbres qui offraient mille cachettes et sources de jeux. L’année où Pocahontas est sorti au cinéma, nous avions trouvé un arbre qui avait un nœud un peu semblable à Grand-Mère Feuillage, ce que nous avons pu parler à cet arbre !! Et puis il y a aussi ce souvenir funeste de ce petit garçon horriblement méchant qui avait pris ma coccinelle en peluche pour la faire passer à travers les grilles de la bouche d’égout. Quelle ne fut pas ma désillusion quand les adultes m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire, moi qui croyais que les adultes pouvaient tout résoudre… (elle était si belle cette coccinelle, j’en suis encore triste en y repensant).

Je me souviens d’une personne
Comme beaucoup d’autres personnes, j’ai pensé à ma grand-mère. Cet été, cela fera quinze ans qu’elle est partie, et si la douleur s’était atténuée, au fil des années, je constate étrangement que le manque est revenu plus fort depuis un an ou deux. Une des choses que j’ai pensées lorsque j’ai rencontré le barbu, est que j’aurais vraiment aimé qu’il la rencontre. Je sais qu’il lui aurait plu. Elle nous aurait fait des galettes directement dans sa cheminée, aurait découpé de grosses tranches dans son pain de « 3 livres » après avoir tracé la croix au couteau (une habitude qu’elle n’oubliait jamais), nous aurait envoyés chercher des framboises dans le jardin pour les mélanger au fromage blanc en dessert. Puis au moment de repartir elle m’aurait dit d’attendre et serait allée couper des jonquilles dans son jardin, qu’elle aurait emballées dans du papier d’aluminium avant de me serrer contre elle. Elle m’écrasait contre elle et me couvrait de baisers sonores quand je venais la voir, une sensation qui ne m’a jamais quittée.

Je me souviens de la classe de CP, le moment magique où j’ai appris à lire ! Nous avions Ratus, méthode bien connue (et était encore jusque récemment utilisée dans la classe où je suis !). Je me souviens de Marou qui avait mis de la farine partout en faisant un gâteau, de Victor le chien qui n’avait pas d’autre passion dans la vie que de manger des saucisses et faire de la gonflette ! 😀

Je me souviens que je lisais en douce les pages plus loin du manuel, car je m’ennuyais et je voulais des textes plus longs ! Raison pour laquelle je ferme parfois les yeux quand je vois mes propres élèves de CP lire une autre page en classe… (les bons élèves, parce que ceux qui sont moyen et ont besoin de suivre, je ne les loupe pas !)

Je me souviens d’un objet
Mon piano, que j’ai eu lorsque j’avais 8 ans. Il trône encore, noir et prestigieux dans le salon. Je trouvais toujours beaucoup de plaisir à en jouer, sauf quand la famille venait et qu’on m’imposait de jouer un morceau pour eux ! 😀

source

Je me souviens d’une boisson que j’adorais
Quand nous étions en vacances, il arrivait que nous nous arrêtions en terrasse pour un verre, je prenais alors systématiquement et sans jamais faillir, une grenadine à l’eau. Et malheur si on me proposait plutôt du sirop de fraise, non c’était une grenadine ! C’était la seule chose pour laquelle j’étais aussi monomaniaque (avec la glace vanille-chocolat)

Je me souviens d’une friandise
Est-ce une friandise ? Ce qui me vient à l’esprit, ce sont les framboises dans le jardin de ma grand-mère… Ses framboisiers atteignaient la taille d’une personne adulte, je disparaissais dedans quand j’y allais, pour piquer les framboises et m’en gaver. Je les prenais rosées, quand elles n’étaient pas tout à fait mûres et révélaient une acidité délicieuse !
On les ramassait pour les manger avec du fromage blanc… Celles qui étaient trop mûres s’écrasaient et un jus rouge vif venait colorer le tout dans une teinte rosée appétissante.

Je me souviens d’un jouet
Les Belville, mélange de Playmobils (pour les personnages) et Legos (pour la possibilité de construire les maisons à notre guise), j’en étais folle ! Nous y avons joué des heures et des heures avec mes copines… J’avais la maison, la marchande de glace, l’enclos à chiots et le poney-club ! Ma copine le parc pour enfants, le studio de danse et la chambre pour bébé… Nous mettions tout ensemble, la force de ces jouets est que l’on pouvait créer des « super » constructions en mettant les boites ensemble…
J’ai été triste de voir que Lego a arrêté ces jouets… Il existe des Lego friends, mais qui me semblent plus au format lego classique.
Qui d’autre a eu des Belville ?


Je me souviens d’un livre
Les Fantomette et Alice qui ont marqué mon enfance… J’ai gardé précieusement ces livres ! Ainsi que L’espion aux pattes de velours, livre qui avait appartenu à mon père, petit. Cette histoire de chat mélangé à une enquête policière dans l’Amérique des années 60, j’en étais complètement fan et je l’ai lue de nombreuses fois. Peut-être avez-vous vu l’adaptation en film par Disney, qui date de la même période ?

Je me souviens d’un camarade
Personne en particulier… En revanche, je me souviens de mes amies de l’époque, dont les parents vivent toujours au même endroit et croisent donc les miens… Et peu à peu, j’apprends que ces filles sont enceintes, ont des bébés. C’est une sensation très étrange, car autour de moi, personne dans mes amies n’est dans ce cas.

Je me souviens d’un événement

La coupe du monde 98, j’avais dix ans. Je ne m’intéressais pas du tout au foot, mais nous avions à Rennes la « fête de la jeunesse » où chaque école participait, nous faisions des chorégraphies, et la fête se déroulait au stade, tous les enfants vêtus de tenues colorées, cela donnait un résultat impressionnant des tribunes ! Cette année là, notre niveau faisait la danse du Brésil sur la fameuse samba et le final sur I will survive. Encore aujourd’hui, ces chansons me rappellent ces souvenirs ! Je me souviens aussi des dessins de la mascotte qui ornaient la cantine.
Et puis évidemment, le soir de la finale : nous étions en vacances, je suis allée voir le match avec ma maman dans la salle de notre petite résidence de locations, tout le monde criait et s’embrassait, et nous sommes rentrées voir mon père (qui déteste ce sport et la foule) et qui était probablement l’une des rares personnes en France à regarder le téléfilm qui passait sur France 2 ! 😀

Comme toujours, j’ai été extrêmement bavarde (ce n’est pas nouveau, vu que ça ressortait parfois dans mes bulletins déjà…).
J’avais envie de conclure avec cette chanson incroyable de Jacques Brel, qui raconte aussi son enfance avec beaucoup d’émotions. Sans doute ma préférée de lui.

« J’avais l’œil du berger, mais le cœur de l’agneau. »

Je ne tague personne, mais si vous souhaitez reprendre ce tag, n’hésitez pas !

Publicités

15 réflexions sur “Je me souviens

  1. en 98 tu avais 10 ans et moi je me mariais ! du coup je n’ai pas connu ces playmobil 😉 mais la cour de récré de l’école primaire est en effet restée gravée dans ma mémoire avec ses tilleuls dont nous mangions les petites boules ! Merci de t’être prêtée au jeu

  2. J’ai 5 ans de plus que toi mais on est de la même génération ; beaucoup de tes souvenirs me parlent également (et 1 et 2 et 3-0… ;-p). Quant à ce que tu penses à propos du barbu et de ta grand-mère, je me suis dit exactement pareil quand Totoro a débarqué ! 🙂 Très jolies réponses et très chouette tag ! Bises !!

  3. C’est rigolo car ton enfance est celle de mon fils !!! J’ai suivi 98 pour lui et il en garde un souvenir ébloui ! Sinon notre perception des choses reste la même quelle que soit la génération, quand tu parles de grand-mère qui nous manque, parfois plus à certains moments clé de notre existence . de belles réponses…au goût de framboises !

  4. Ah j’aime beaucoup ce tag. Je sens que je vais le faire un jour. Tes réponses sont toutes douces et même si un peu nostalgique, elles m’ont souvent données le sourire.

    • Oh je veux lire ça si tu le fais. Oui, j’ai eu une enfance heureuse et insouciante… Et pourtant je n’étais pas désolée qu’elle se termine ! Mais aujourd’hui, la nostalgie se fait sentir, c’est normal je pense.

  5. Touloulou, avec un peu de retard, je lis tes réponses, très émouvantes ! On a 20 ans d’écart et en 98, ma fille avait 2 ans ! J’ai eu le coeur serré en lisant ce que le méchant garçon a fait de ta coccinelle en peluche…

    • On sent que c’est ton coeur de maman qui parle pour cette histoire de peluche 😉 la mienne était désolée pour moi car c’est vrai que je n’étais pas bien méchante avec les autres enfants. Après, elle m’a interdit de ramener des peluches à l’école !!

Laissez un petit message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s